Migrants, mes frères.

2018-02-26T16:51:28+00:00 lundi 03 octobre 2016|

 

 Photographie Aris Messinis. AFP

 

Peut-être avez-vous regardé « Envoyé spécial » sur France 2, le jeudi 29 novembre dernier. Moi oui. J’y ai vu une enquête sur la SNCF qui ne m’a pas laissé indifférent (en tant qu’ancien cheminot et militant syndical). J’y ai vu une autre enquête sur « l’affaire Bygmalion » sur laquelle je ne ferai pas de commentaire ici. (Ça deviendrait un boulot à temps complet !)

Mais j’y ai vu surtout un court documentaire sur le photographe Aris Messinis qui a remporté le Visa d’Or du « festival international de photojournalisme Visa pour l’Image » de Perpignan pour ses photos bouleversantes sur la situation des migrants à leur arrivée sur le sol grec (pour ceux qui y arrivent … vivants).

Je joins deux liens indispensables :

A partager sans limites, surtout avec tous les réacs, les blaireaux, les « gras du bide » à l’esprit étroit, les « bons français de souche », les maires et certains habitants de certaines petites villes de la Drôme et d’ailleurs, et les vieilles connasses qui viennent vomir leur médiocrité au « Journal de 20h », toutes celles et ceux qui ne réalisent pas qu’ils ont (forcément) une partie de leur ADN qui leur vient d’un immigré, que leurs gosses devront peut-être d’ailleurs émigrer un jour.

01-10-2016 : Manif organisée par le FN à St Denis-de-Cabanne (Loire) contre l'accueil de migrants.

01-10-2016 : Manif organisée par le FN à St Denis-de-Cabanne (Loire) contre l’accueil de migrants.

St Denis de Cabanne : La contre-manif pour l'accueil des migrants.

… et la contre-manif, symbole d’humanité et d’espoir !

La médiocrité du débat (même dans le meilleur des cas) sur cette question fait peur, le positionnement de la plupart des leaders politiques (sauf évidemment ceux de la vraie gauche), la lâcheté ou le cynisme qui inonde le paysage. C’est à vomir ! Le problème n’est pas de savoir s’il faut ou non accueillir les migrants, mais COMMENT le faire dans les meilleurs conditions. L’argent employé ici ou là (en Hongrie ou … à Calais) à construire des murs et des clôtures de barbelés pour « se protéger » des malheureux migrants définit l’humain dans ce qu’il a de plus médiocre, lâche, minable, malsain, pervers … et surtout stupide ! Comme si on pouvait arrêter une inondation, une éruption volcanique ! Le phénomène migratoire est un simple phénomène physique que l’on apprend au collège : le principe des vases communicants : S’il y a des conditions de vies INSUPPORTABLES dans une région du monde, sa population cherchera inéluctablement (car c’est l’instinct de survie qui est à l’œuvre) à fuir vers une autre région, et tant qu’à faire vers celle qui lui apparaitra (très justement) la plus heureuse, y compris au péril de sa vie. Quant on n’a plus rien à perdre … que l’espoir.

Comme le dit Aris Messinis : La seule façon d’arrêter le flux migratoire, c’est d’arrêter la guerre qui en est la cause. On peut y ajouter « … et aussi l’extrême misère, la famine, l’absence totale d’avenir ».

Il convient aussi de rappeler au petit monde des blaireaux que les pays d’Europe ne sont pas pour rien dans l’état actuel du monde et son instabilité, largement conséquence de l’époque coloniale. Oui, en tant que français, nous avons, CHACUN(E) d’entre nous, à assumer par héritage la responsabilité au moins partielle de la situation au Proche et au Moyen Orient, en Afrique et ailleurs … y compris dans nos « Territoires et Départements d’outre mer », ex terres d’esclavages.

Et pour répondre au fameux argument présenté par certains comme l’argument qui tue : « On ne peut pas non plus accueillir toute la misère du monde ».

Bien sûr que si, au niveau de l’Europe, on peut (1). Et même, on DOIT ! C’est une simple question d’humanité, mais aussi de logique géopolitique. Même s’il faut pour cela abandonner une partie de notre petit confort d’européens quand même bien pourvus (au regard de l’état général du monde). Car on n’a encore rien vu … Et il faut parallèlement, impérativement, tout mettre en œuvre pour réduire les inégalités dans ce monde (en 2014, 1% de la population mondiale possède 48% des richesses, ou encore, 80% de la population mondiale doivent se contenter de 5,5% des richesses).

C’est urgent, vital. Sinon, on va tout droit à un embrasement généralisé.

Un grand merci à Aris Messinis pour son lucide et courageux message.

—oOo—

(1) : Le chiffre des migrants demandeurs d’asile en France pour cette année (notamment des Syriens et Érythréens) serait de 77000. Un chiffre record qui ne représente cependant, rapporté à la population de la France, qu’à 0,12 % ! Le TOTAL de l’immigration n’atteignant quant à lui que le rapport de 0,43 % !!! Alors, OUI, ON PEUT accueillir ces pauvres gens !

2 Comments

  1. Laval 9 octobre 2016 à 19 h 56 min - Répondre

    Merci, merci de nous faire partager ton article (ta plume est toujours aussi exceptionnelle) et ce reportage vidéo (nous n’avions pas eu l’occasion de le voir). Que dire … Nous sommes bouleversés, une image, un commentaire … Tout est malheureusement dit. Nous partageons ton indignation. Isabelle et Daniel

    • Gars Yves 10 octobre 2016 à 10 h 04 min - Répondre

      Merci Amis. J’avais contacté l’AFP pour envoyer un message de sympathie à Aris Messinis. le « Photo Editor in Chief » m’a fait une réponse très sympathique où il m’informait que A.M. était en ce moment même en reportage en mer au large des côtes libyennes, à bord d’un bateau venant au secours des migrants qui font naufrage en tentant de rejoindre l’Italie.
      Pendant ce temps-là, la France est en train de se couper en deux, entre humanité et indignité.

Laisser un commentaire