20 mai 2011. Troisième jour. Côté guiboles, tout va bien cette fois ! Un seul objectif possible : Remonter aux chalets des Loyes (carte géoportail), pour espérer revoir « mes » gypaètes barbus de plus près, comme le premier jour. Mais cette fois, on va partir peut-être un peu plus tard, si personne n’y voit d’inconvénients (et comme je suis tout seul … ).

Donc départ des Lanches vers 9h. Évidemment, il y a un prix à payer à ma fainéantise : Au cours de la montée, à part deux écureuils, je ne verrai rien de remarquable, côté faune. Par contre, ce matin, le sommet de Bellecôte n’est pas coiffé de nuages (comme avant-hier), et la paysage est absolument magnifique : Bellecôte (3417 m), la pointe et le dôme des Pichères, l’Aliet (3109 m), avec sa forme très pointue si caractéristique, et qui s’impose au regard dès que l’on monte par la route de Landry à Peisey-Nancroix. Bref, que du bonheur.

Arrivée aux Loyes vers 11h. Pas de bouquetins à l’horizon, à part une étagne (bouquetin femelle) un peu en contrebas.

En attendant la venue espérée des vedettes (j’ai nommé Mr & Mrs Gypa), je photographie à nouveau l’animation permanente locale : Les chocards à bec jaune (Pyrrhocorax graculus).

1 – … ici, un individu à contre-jour.

Chocard à bec jaune (Pyrrhocorax graculus) - Vanoise (Savoie) - 2011

Ça y est ! Le (ou la) revoilà ! Comme avant-hier, départ de l’aire (que je ne peux voir d’ici), apparition en contrebas dans le vallon et plané le long des falaises en direction de l’aval,

2 –

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

3 – … profitant, le long de cette pente, d’ascendances orographiques,

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

4 – … toujours.

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

5 – Plus bas, on préfère spiraler tranquillement pour profiter cette fois d’une ascendance thermique. Maîtrise totale de l’aérologie ! Mais un Grand corbeau (Corvus corax) vient (comme c’est très fréquent) houspiller notre Gypaète

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) et Grand corbeau (Corvus corax)

6 – … qui, totalement imperturbable, s’en moque comme d’une guigne. Il est vrai qu’on ne joue pas dans la même catégorie.

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) et Grand corbeau (Corvus corax)

7 – On préfère prendre de la hauteur (dans tous les sens du terme),

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

8 – … en quelque sorte, « s’élever au dessus de la mêlée » !

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

9 – Merci, très cher(e), de bien vouloir revenir vers moi.

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

10 –

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

11 – Oui, je sais, elle ressemble un peu à la précédente, cette photo. Mais c’est si beau.

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

12 –  » – Salut, toi ! Ça va ?
– Oui, moi, ça va !  »

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

13 –  » – Belle vue, de là-haut ?
– Y a pire, mon gars …  »

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

14 –  » – Merci pour le cadeau !
– De rien ! T’as l’air d’un bon gars … mais maintenant, faut que j’y aille. C’est que j’ai une bouche à nourrir, moi !
– Alors, bon vent, l’ami !  »

Gypaète barbu (Gypaetus barbatus)

Juste avant de redescendre, ces quelques fleurs à l’intention des lectrices de mon « P’tit blog ».

15 – Gentianes de printemps, ou printanière (Gentiana verna)

Gentianes de printemps (Gentiana verna)

16 –

Gentianes de printemps (Gentiana verna)

Suite (et fin)

—oOo—